Stand Milipol Paris - Sécurité privée

Sécurité privée

La sécurité privée est devenue un secteur d'activité à part entière de Milipol Paris depuis déjà plusieurs édition. Fort de 58 exposants et quasi 1 000 visiteurs en 2021, le secteur confirme son importance croissante pour l'événement.

La sécurité privée à Milipol Paris

  • 58 exposants en 2021
  • Presque 1 000 visiteurs en 2021 (soit 8% du visitorat)
  • Des conférences thématiques sur la sécurité des grands événements et une matinée dédiée en 2019 avec notamment comme intervenants la FFSP, la CoESS, le CHEMI ou le CDSE 
  • Une multitude de produits :
    • Appareils de transmissions, de communications et de localisation (émetteurs-récepteurs, oreillettes, gestion de flottes, SIG,...)
    • Equipements de protection individuels, blindage et armements
    • Protection périmétrique, technologies d'observation et de surveillance
    • Formation et ingénierie conseil pour le contrôle d'accès et le gardiennage, les transports spéciaux, la protection rapprochée, la sécurité civile,...
    • etc.

Ils étaient présents en 2022

  • AKU ITALIA
  • ALPHA OPTICS
  • AMG PRO
  • ANORAK
  • AQUA CITY ENTERPRISES
  • ARGUS SUPPORT PROJECTS
  • ATALANTE STRATEGIC
  • AUSTRIALPIN GMBH
  • AUTOCLEAR LLC
  • AXSOL
  • BAUDCHON
  • BCA TEXTIL LTDA
  • DCA FRANCE
  • DSM
  • EGIDIUM TECHNOLOGIES
  • ERYS GROUP
  • ETS MORIN
  • FAIR MANAGEMENT
  • FIDUCIAL SÉCURITÉ
  • FIOCCHI MUNIZIONI
  • FN HERSTAL
  • GEARKEEPER BY AVERA
  • GEOS
  • GLOBAL TSCM GROUP
  • GROUPE HPI
  • HYOSUNG ADVANCED MATERIALS CORPORATION
  • ICOM France
  • IP-MIRADORFR
  • KEYLINE
  • KOREA CNO TECH

Article - La sécurité privée : un secteur en plein bouleversement

En France, le secteur de la sécurité privée compte 12 000 entreprises employant plus de 183 000 agents de sécurité pour un chiffre d’affaires global de 7,9 milliards d’euros en 2019[1]. Cette branche, peu attractive, fait aujourd’hui face à de nombreux défis à relever alors que de grands événements sportifs vont se tenir d’ici peu dans le pays…

Une nécessaire revalorisation du secteur

La sécurité est au cœur des préoccupations à l’approche des grands événements sportifs dont la France sera l’hôte en 2023 et 2024, pour la Coupe du Monde de rugby et les Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP). Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur prend toute la mesure de ces enjeux de taille aggravés par le manque d’agents de sécurité privé criant. « Il faut environ 25 000 agents de sécurité privée en plus pour les JO »[2] a-t-il déclaré. Pour parvenir à un tel niveau, le ministère compte sur plusieurs leviers. Le ministre propose la création d’un « titre spécifique provisoire », notamment pour les étudiants. « Nombre dentre eux veulent travailler pendant l’évènement et moyennant une formation, il ny a pas de raison quils ne puissent pas devenir agent privé de sécurité »[3] explique Gérald Darmanin. De plus, 13 millions d’euros vont être alloués à la formation continue de 64 000 agents dans les deux prochaines années. « Pour fidéliser les agents de sécurité, il faut que la filière puisse proposer des salaires plus élevés »[4] note le Ministre. Les partenaires sociaux de la branche des entreprises de prévention et de sécurité se sont donc réunis, à la rentrée 2022, afin de revaloriser les salaires minimaux. Une hausse de 7,5% a été annoncée à l’issue des négociations[5]. Au-delà des annonces, la question de la suffisance de ces moyens pour atteindre l’objectif demeure sans réponse.

Les nouvelles technologies: une aubaine pour la sécurité privée

Les agents de sécurité privés utilisent de plus en plus de nouvelles technologies pour les aider dans leur quotidien : drones, alarmes ou encore caméras sont les principaux outils. Mais, l’innovation permet aujourd’hui d’aller plus loin encore. Fin septembre, Michel Cadot, délégué interministériel aux Jeux olympiques et aux grands événements, a annoncé quelques mesures liées à la sécurité qui devraient apparaître dans la future loi olympique. Ainsi, le projet autoriserait l’utilisation d’algorithmes par les caméras de surveillance sur le territoire francilien. Le but ? Permettre « d'identifier des comportements anormaux dans des foules nombreuses »[6].

Les industriels s’engagent pour tenter de faciliter le travail des agents de sécurité privé grâce aux nouvelles technologies. C’est notamment le cas de Labcoor qui développe, grâce à l’intelligence artificielle des portiques de sécurité à destination des stades ou salle de spectacle capable de détecter tout objet suspect. Après avoir conclu un partenariat avec l’industriel Atermes spécialisé dans la sécurité et la défense, l’entreprise souhaite passer à l’étape de la production en série. Par heure, grâce aux portiques, jusqu’à 3700 personnes pourraient être contrôlées sans obligation de fouiller chaque spectateur l’un après l’autre. Si le portique détecte un objet suspect, un agent de sécurité procédera à une fouille manuelle sur le spectateur. Une fois de plus la start-up vise une mise sur le marché pour la Coupe du monde de rugby c’est-à-dire d’ici un an.

La sécurité privée autour du monde ?

Une quarantaine de pays dans le monde, principalement aux Etats-Unis, en Afrique du Sud et en Asie ont un secteur de la sécurité privée plus développé que celui de la sécurité publique.L'Inde compte 7 millions d’employés de sécurité privée alors qu’ils ne sont qu’1,4 million d'officiers de police, faisant de ce pays celui avec le différentiel le plus important au monde. Aux Etats-Unis, ils sont 1,1 million à travailler dans la sécurité privée contre 666 000 officiers de police[7]. La France, elle, a des proportions inverses. Il y a près de 40 % de plus d’officiers de police et de gendarmerie que d’agents de sécurité privée[8].
Certaines villes intègrent dans les rangs de la police locale des agents de sécurité privée, c’est notamment le cas à Melbourne ou encore à Londres. Aux Etats- Unis le rôle des agents de sécurité va encore plus loin. Ils peuvent être amenés à remplacer les policiers municipaux en congés, gérer des prisons ou encore des centres de détention pour migrants. Le rôle dévolu à ces agents de sécurité privée pose toutefois des questions notamment dans des pays où les inégalités sont fortes, les personnes les plus aisées pouvant alors acheter leur sécurité auprès d'organismes privés là où les plus pauvres n'auraient d'autres choix que de se reposer sur un système de sécurité public peu développé.

La sécurité privée en France va-t-elle se réinventer sous l’impulsion des deux grands évènements sportifs mondiaux ? Allons-nous accroître les pouvoirs dévolus aux agents de sécurité privée comme cela peut être le cas dans d’autres pays du monde ?
Des réponses attendues rapidement. Bien que tous déclarent officiellement la situation sous contrôle, l’urgence pour relever les défis ne fait aucun doute.

[1] La sécurité privée en France, Défense zone.com, mai 2022
[2]  JO 2024 : face au manque d’agents de sécurité privée, le ministère de l’intérieur veut faciliter les recrutements, Le Monde, 22 septembre 2022
[3] Ibid
[4] Ibid
[5] Agents de sécurité : 7,5 % de hausse salariale dans la branche, Le Télégramme, 29 septembre 2022
[6]  JO 2024 : Oui aux algorithmes, Protection sécurité magazine, 4 octobre 2022
[7]  Sécurité privée : quelles sont les conséquences de son importante croissance dans le monde?, Rendre notre monde plus sûr, 5 avril 2022
[8] Ibid